Qui sommes nous ?

En 2017 Chantal Loïal crée le festival Le Mois Kréyol

C’est un festival pluridisciplinaire des langues et des cultures créoles ou artistes et associations culturelles s’unissent ! Ensemble ils mettent en lumière les cultures créoles pour une représentation durable dans le paysage culturel français (à Paris, en région, en Outre-mer et à l’international).

Le public est invité à naviguer entre lieux officiels et lieux alternatifs à la découverte des patrimoines matériels et immatériels au carrefour des cultures caribéennes, européennes et africaines à travers de la danse, du théâtre, des concerts, des rencontres littéraires, des tables rondes, des tables rondes, des films documentaires et des ateliers (danse, conte, musique, cuisine… ).

Entre passé et présent, tradition et modernité, Le Mois Kréyol est un panorama immanquable des cultures ultra-marines.

Chantal Loïal présente le festival Le Mois Kréyol

La chorégraphe : Chantal Loïal

Née à Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe, elle a tout juste six ans quand elle fait ses premiers pas de danse. Cela deviendra une passion qu’elle pourra concrétiser avec son arrivée en Métropole en 1977. Elle côtoie les milieux de la danse africaine, puis antillaise et contemporaine. Au fil des années, elle acquiert une maîtrise complète de son art et rejoint le rang des danseurs et chorégraphes professionnels. En 1994, elle crée sa compagnie de danse afro-antillaise et contemporaine : Difé Kako.

La compagnie Difé Kako de Chantal Loïal

Depuis 1995 date de sa création, la compagnie de danse Difé Kako s’inspire des cultures africaines et antillaises.
Chantal Loïal s’attache à créer un langage chorégraphique basé sur un métissage des danses africaines et antillaises ainsi que sur les répertoires musicaux traditionnels et contemporains. La compagnie Difé Kako se compose de danseuses possédant une formation de danse pluridisciplinaire (classique, moderne, jazz, danses traditionnelles de l’Afrique de l’Ouest, de l’Afrique Centrale, du Mahgreb, de la Guadeloupe, de la Martinique) et de musiciens maîtrisant différentes percussions et instruments (djembé, dum-dum, les tambours ka, maracas, cha-cha, accordéon, basse, balafon, ti-bwa, steel pan). La Compagnie, toujours à la recherche d’innovation et dans un souci de diversification artistique, développe plusieurs concepts pédagogiques et chorégraphiques pour amener le public à la découverte de cette danse métissée.